Qu’est-ce que l’Urbex ?

L’urbex, que certains d’entre vous pratiquiez, je suis sûr, sans même le savoir, est une exploration urbaine et consiste à redécouvrir, mais souvent aussi à photographier des lieux urbains abandonnés par l’Homme. Laissés vacants de toute vie, livrés à leur propre sort, les bâtiments se retrouvent souvent dans un état de décrépitude avancée et parfois utilisés par des graffeurs comme toile idéale à leur expression. Les bâtiments explorés par les urbexeurs peuvent être de tous genres : anciens hôpitaux, théâtres ou cinémas. L’important est qu’ils soient, par définition, abandonnés et, pour les photographes, emprunts d’un certain esthétisme ou d’une nostalgie évidente.

Un ancien sanatorium

Construit en 1923 et autrefois dédié à accueillir les patients souffrant de cancers en stade terminal, ce sanatorium a été définitivement fermé en 2005 et a été totalement laissé à l’abandon pendant quatre ans. J’ai eu la chance de pouvoir l’explorer juste avant sa rénovation. Il est maintenant converti en centre de recherche en biologie marine.

Le rurex

Une variante rurale de l’urbex, le rurex, élargit l’exploration aux châteaux abandonnés, fermes et autres cloîtres, isolés dans nos campagnes. Beaucoup de ces édifices, magnifiques, tombent malheureusement en ruines faute d’argent pour les restaurer ou à cause de désaccords entre héritiers.

Admirez les photos de Niki Feijen pour vous rendre compte du gâchis et de la perte de patrimoine qui en découle…

Prudence !

Dans tous les cas, il faut être prudent car ces bâtiments sont bien souvent, même si abandonnés, une propriété privée : une plainte à votre encontre ou la présence de chiens de garde pourrait rapidement envenimer la balade. De plus, les bâtiments étant parfois en ruine, des éboulements ou des chutes peuvent arriver. Enfin, la présence de squatters peu accueillants peut aussi gâcher la séance photo. Donc méfiance ! Repérez bien les lieux avant et renseignez-vous !

Pensez aussi à bien vérifier vos vaccins contre le tétanos car en urbex, on trouve beaucoup de vieille ferraille rouillée…

Au-delà du danger qui peut exister et de la violation de propriété, le cas échéant, l’urbex est un magnifique moyen de mettre en valeur et de faire redécouvrir les lieux abandonnés par l’Homme depuis parfois bien longtemps. C’est un peu redonner une seconde vie à des bâtiments parfois proches d’une destruction imminente, en l’utilisant, par exemple, comme décor pour une séance de photographie avec un modèle (comme ici, dans des abris militaires de la seconde guerre mondiale).

Si vous désirez un plus large aperçu de l’urbex et du rurex, voyez Urbex Playground, le site de référence des urbexeurs aguerris et si vous vous décidez à essayer, sachez que l’urbex, en définition, c’est le respect des lieux. Donc, ne cassez rien et n’emportez rien ! 🙂

Laisser un commentaire