Comment faire un montage photographique ?

Avant de vous lancer dans un photomontage et de modifier vos photos, il vous faut, bien évidemment, trouver une idée.

Pour cela, le plus simple est d’explorer des banques d’images qui pourront aussi servir pour vos montages. Il existe maintenant de très bons sites qui proposent un grand nombre de photos libres de droit : Unsplash.com et Pixabay.com. Bien entendu, il en existe des payantes, comme Shutterstock et bien d’autres.

Concernant le montage, vous pouvez utiliser le logiciel de retouche photo incontournable : Photoshop, ou bien The Gimp, qui est gratuit.

 

Pour ce premier tutoriel, c’est la crise financière de 2008, qui a suivie la crise des subprimes, qui m’a inspiré. J’ai choisi une composition visant à dénoncer l’utilisation irresponsable et quasi criminelle que font les banques de l’argent des contribuables, comme par exemple les économies des retraités. Suite à cette crise, ce sont les états (et donc contribuables) qui ont dû renflouer les caisses des banques qui continuent à spéculer sans que personne ne s’en aperçoive (les retraités qui regardent au loin) ou n’ose même regarder la vérité en face (la prostituée qui se cache les yeux). Le cochon représente la tirelire, c’est-à-dire les économies qui vont des retraités à la banque (l’homme à la cravate). La banque, elle, regarde en direction du coffre vide où seules quelques petites pièces ont été laissées. Derrière, un homme regarde, sûr de lui, c’est le financier qui tire les ficelles dans l’ombre.

 

Important : ce tutoriel est dirigé aux personnes ayant déjà une certaine connaissance de la retouche d’image.

 

Une fois que vous avez l’idée et que vous avez fait et/ou téléchargé les photos, importez-les et positionnez-les dans votre programme pour faire votre composition. Ne vous inquiétez pas, vous pourrez la changer plus tard. Je vous conseille de couper toutes les parties non essentielles pour avoir une meilleure visibilité.

 

Lorsque vous êtes satisfait de votre composition, vous pouvez détourer les différents sujets. Pour ce faire, commencez par pixeliser vos calques : dans Photoshop, à droite, dans l’onglet « calques », faites un clic droit sur le calque qui vous intéresse afin d’afficher le menu contextuel et cliquez sur « Pixelliser le calque ». Avec l’outil « Loupe », zoomez pour voir les détails de votre sujet. Puis deux possibilités s’offrent à vous :

1- Utilisez l’outil « Gomme » pour effacer petit à petit les parties de l’image que vous ne souhaitez pas garder. Cette solution est la plus rapide mais dégrade l’image puisque vous perdez des pixels que vous ne pourrez plus, par la suite, récupérer. Si vous vous êtes trompé ou que vous changez d’avis et que l’historique est trop avancé, vous devrez tout recommencer.

2- Dans le menu du haut, sous l’onglet « Calque », cliquez sur « Masque de Fusion » puis « Tout masquer ». Vous constaterez que dans l’onglet « calques », une nouvelle icône apparaît, qui représente le masque de fusion ou couche alpha. La couche alpha est une image bicolore, en blanc et noir, qui se superpose à votre photo. Sur la couche alpha, le blanc représente les parties de la photo qui seront visibles alors que le noir représente celles qui vont disparaître. Cliquez sur cette icône puis utilisez l’outil « Pinceau » avec la couleur blanche pour faire apparaître les parties à montrer. L’intérêt de cette méthode, que préfèrent les puristes, est qu’elle est non destructrice. C’est-à-dire que si vous vous trompez ou si vous changer d’avis, vous n’aurez qu’à utiliser la couleur blanche avec votre pinceau pour faire réapparaître la partie de l’image que vous souhaitez utiliser.

 

Que vous choisissiez l’une ou l’autre des méthodes, outil « Gomme » ou « Pinceau », l’important est de régler la taille et la dureté (flou) pour que le détourage soit réaliste. En général, pour les parties nette (objets, personnages), j’utilise une taille assez petite (5 -8 pixels) et une dureté supérieure à 90 (autour de 95).

 

Pour les cheveux et les poils (animaux), j’utilise une taille un peu plus grande et surtout un plus grand flou (dureté faible, autour de 50).

 

Pour les objets géométriques, avec des lignes droites ou des courbes régulières (comme le banc de mon image), je préfère utiliser l’outil « Plume » en créant des lignes point par point. Grâce à l’outil « Sélection » (la flèche blanche), vous pouvez facilement déplacer les points, mais aussi ajuster les courbes.

 

Une fois votre ligne ajustée et toujours avec l’outil de « Sélection », faites un clic droit et cliquez sur « Définir sélection ».

 

Vous pouvez ensuite définir un petit flou en ajoutant quelques pixels, si vous le souhaitez :

 

Il ne vous reste plus qu’à supprimer l’image ou à remplir la sélection de noir, selon la méthode que vous avez choisie.

Si le fond de l’image est homogène vous pouvez aussi utiliser l’outil « Baguette magique » qui vous permet une sélection rapide du fond.

 

Lorsque tout est détouré, vous pouvez revoir votre composition, la taille des sujets, etc…

 

Vous pouvez ensuite régler la luminosité et le contraste de chaque sujet puis étalonner leurs couleurs pour qu’ils paraissent faire partie du fond. Dans le menu du haut, dans l’onglet « Image », cliquez sur « Réglages » puis « Balance des couleurs ». L’image de fond de notre exemple étant une ville au crépuscule, avec un soleil faible et orangé, vous pouvez ajouter du rouge et du jaune à chacun de vos sujets.

 

Profitez-en aussi pour ajuster la perspective des billets qui ne semble pas la même que le fond et enlève donc du réalisme. Dans le menu du haut, dans l’onglet « Edition », cliquez sur « Transformation » puis « Perspective » pour donner un peu plus de réalisme à votre composition. Redimensionner les billets qui brûlent et effacer la partie qui dépasse de la main de l’homme avec cravate pour donner l’impression qu’il les tiens.

 

Afin de parfaire l’illusion, il va falloir ajouter des ombres pour augmenter encore plus l’intégration des différents sujet dans l’image de fond. Pour ce faire, dans la liste des calques, à droite, passez la souris au-dessus du miniature du masque de fusion (couche alpha), à gauche, puis appuyer sur le bouton « ctrl » de votre clavier. Vous devriez voir un petit carré blanc avec des bords en pointillés apparaître en bas du curseur de la souris qui à pris la forme d’une main. Cliquez. Cela vous permet de créer rapidement une sélection ayant la forme du sujet. Créer un nouveau calque et placez-le juste au-dessous du calque dont vous venez de créer la sélection.

Remplissez la sélection de noir (« ctrl + suppr » ou « alt + suppr » si vous avez déjà du noir sélectionné en couleur principale ou secondaire, respectivement) puis vous pouvez appliquer un flou gaussien pour faire un ombre moins nette (Cliquez sur l’onglet « Filtre » puis « Atténuation » puis « Flou gaussien… »). L’intensité du flou (nombre de pixels pour le rayon) dépend évidemment de la scène. Ici, j’ai choisi 5 pixels.

A présent, renversé votre calque (vérifiez bien que vous avez sélectionné le bon calque), puisque une ombre est inversée par rapport au sujet. Pour ce faire, dans l’onglet « Edition », cliquez sur « Transformation » puis « Symétrie axe vertical ». Régler ensuite l’orientation de l’ombre en accord avec la position du soleil et de la perspective. Utilisez l’outil « Torsion », situé dans le même sous-menu que l’outil symétrie précédent. Retournez enfin dans la liste des calques et ajustez maintenant la transparence du calque (Opacité). Comme le flou, l’opacité dépend de la scène. Ici, j’ai choisi une ombre très faible puisqu’il y a peu de soleil, et donc une opacité de 20%.

Positionnez correctement votre ombre sous les pieds de votre sujet, avec l’outil « Gomme » effacez les zones qui peuvent dépasser, suite à la déformation. Lorsque vous êtes contents du résultats, vous pouvez lier vos calques (sujet et ombre) en les sélectionnant tous deux et en cliquant sur le symbole de « chaîne », tout en bas de la liste des calques. Ceci vous permettra de garder l’ombre correctement positionnée si vous décidez de bouger ou redimmentionner votre sujet plus tard.

Faites de même pour tous les sujets.

 

Les billets brûlent. Ils produisent donc de la lumière et un reflet sur les vêtements de l’homme à la cravate qu’il faut ajouter pour que la scène soit réaliste. Ajoutez un nouveau calque entre le calque de l’homme et les billets. Choisissez une couleur jaune orangée et dessinez une forme avec l’outil « Pinceau » et le minimum de dureté.

 

Puis réduisez l’opacité à 60%.

 

Vous pouvez aussi ajouter un peu de fumée si vous le désirez.

Le faible soleil du soir crée moins de contraste moins qu’un fort soleil au zénith. Pour intégrer un peu mieux vos sujets, diminuez le contraste et ajustez encore un peu la luminosité et la balance de blancs. Ajustez aussi les ombres. Il est difficile, pour un montage, de trouver des images qui ont les ombres qui s’adaptent parfaitement à l’image de fond. Il faut donc, outre les ombres sur le sol, adapter les ombres sur les sujets. Cela permet aussi de donner un peu plus de volume à certaines images qui peuvent paraître un peu plates à cause de l’éclairage. Pour cela, créer un nouveau calque au-dessus du calque du sujet concerné et dessiner à l’aide de l’outil « Pinceau » avec une faible netteté et la couleur noire des ombres supplémentaires. Adaptez l’opacité selon les besoins.

N’oubliez pas aussi de renommer vos calques pour pouvoir vous y retrouver plus aisément car il peut facilement y en avoir plusieurs dizaines. Il est aussi possible, pour les grosses compositions, de regrouper les calques dans des dossiers.

 

Enfin, vous pouvez ajouter à chaque sujet un peu de flou et de bruit pour qu’il s’intègre au mieux à votre image de fond.

 

Voilà, j’espère que vous avez pu suivre ce tutoriel, même si je ne suis pas entré dans tous les détails. Mais avec de la pratique, de la patience et de l’observation, je ne doute pas que vous progressiez très vite !

N’hésitez pas à laisser des commentaires pour partager votre avis.

Laisser un commentaire